VOUS ÊTES ICI > Lettre d'information n°22 EXCEPTIONNELLE

Lettre d'information n°22 EXCEPTIONNELLE

Lettre d'information 22 - Information du conseil scientifique

 

Lettre d'information n° 22

Information du conseil scientifique

 

Newsletter exceptionnelle de la SFA

 

Suspension des activités de Stallergènes

 

L’activité de production et de commercialisation des  allergènes par Stallergènes a été suspendue par l’ANSM à la date du 1er décembre 2015, jusqu’à mise en conformité de son système informatique.

 

Cette décision fait suite à un certain nombre de dysfonctionnements survenus dans la délivrance des allergènes depuis la mise en place au 13 aout 2015 d’un nouveau système informatique gérant notamment l’étiquetage, l’adressage, l’acheminement des allergènes.

 

Cette suspension intéresse tous les produits Stallergènes mis à disposition depuis le 13 aout 2015, qu’il s’agisse des APSI Staloral® Alustal® et Phostal ®, des spécialités pharmaceutiques faisant l’objet d’AMM (Oralair®, Alyostal® venin), et des produits de diagnostic Alyostal® prick.

 

Un courrier va être adressé incessamment par Stallergènes sous couvert de l’ANSM à tous les professionnels de santé concernés.

 

L’entreprise va adresser à tous les patients concernés (traité par APSI depuis le 13 aout 2015) un courrier leur demandant d’arrêter le traitement en cours, de retourner le médicament, et de prendre contact avec le médecin prescripteur afin d’adapter leur modalités de prise en charge. La lettre indiquera qu’il n’y a pas de risque à arrêter le traitement.

  

Enfin Stallergènes met à disposition deux numéros verts :

Pour les professionnels de santé :                          0 800 940 377

Pour les patients :                                                0 800 940 390

 

Les liens ci-dessous renvoient à l’information présente sur le site de l’ANSM :

 

http://ansm.sante.fr/Decisions/Injonctions-decisions-de-police-sanitaire-interdictions-de-publicite-Decisions-de-police-sanitaire

 

http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Produits-d-allergologie-Suspension-temporaire-de-l-activite-de-la-societe-Stallergenes-Point-d-Information

 

La SFA prend acte de cet état de fait qu’elle regrette profondément, et de ces décisions.

 

Il n’y a pas de conduite à tenir globale à recommander et la situation de chaque patient devra être considérée au cas par cas en fonction de l’ancienneté, de la tolérance et de l’efficacité de l’immunothérapie instituée, en fonction de la gravité des symptômes initiaux et de leur contrôle lors de l’interruption de l’immunothérapie, et en fonction de l’exposition à l’allergène concerné.

 

S’il n’y a pas de risque immédiat lors de l’arrêt du traitement du fait du caractère rémanent de son efficacité pour quelques mois, cette absence de risque est temporaire. Dans le cas de l’allergie au venin, le risque doit être considéré comme maximum et le patient protégé par une trousse d’urgence.

 

De façon générale, à revoir au cas par cas, la SFA propose ainsi :

 

 1. Pour les patients traités pour une allergie au venin :


- Suspension de l'immunothérapie en attendant la reprise de la production et de la commercialisation des extraits.

 

- Information des patients, consultation d'allergologie recommandée pour rassurer, informer du risque, vérifier la trousse d'urgence (contenu et éducation).

 


2. Pour les patients traités pour une allergie respiratoire :


- Suspension de l'immunothérapie en attendant la reprise de la production et de la commercialisation des extraits.

 

- Consultation d'allergologie recommandée pour rassurer, informer du risque et adapter le traitement symptomatique en fonction du contrôle de la maladie (corticoïdes, antihistaminiques, anti-leucotriènes, bronchodilatateurs).

 

- Une immunothérapie d’un autre laboratoire peut être discutée au cas par cas selon le jugement du praticien. Une ré-initiation de traitement est alors recommandée, l’innocuité et la pertinence de la substitution dose à dose n’ayant jamais été démontrées.